Sélectionner une page
Discriminations

Le logement, tout comme l’éducation et l’emploi, est un droit fondamental qui favorise l’épanouissement, le bien-être et l’intégration de chaque individu dans la société. L’accès à un logement décent est consacré par l’article 23 de la Constitution belge, mais il reste difficile pour de nombreuses personnes à cause : de l’évolution des prix du marché, de l’offre publique insuffisante, du manque de logements adaptés, de l’insalubrité, … et des discriminations. Pour les personnes avec un handicap, trouver un logement adapté n’est pas le seul défi. Encore faut-il pouvoir se déplacer dans le quartier et au-delà. Les transports en commun restent peu adaptés, de manière générale, aux personnes à mobilité réduite. Or les adaptations des bus, des trains et des arrêts bénéficient à un très grand nombre de personnes : personnes handicapées, âgées, femmes enceintes, personnes blessées,… Rappelons qu’en 2014, le Centre pour l’Egalité des Chances a ouvert 156 dossiers liés à la discrimination dans le logement. C’est considérable. Parmi ceux-ci, 90% concernent le marché privé. Le Centre est sollicité principalement pour les critères de ‘fortune’ (66 dossiers – 36%), les critères dits ‘raciaux’ (63 dossiers – 35%) et ensuite le handicap (23 dossiers – 11%). Rappelons aussi que le Baromètre de la diversité Logement, réalisé l’année dernière à l’initiative du Centre, a permis d’étudier de manière beaucoup plus exhaustive le phénomène de discrimination sur le marché du logement. Il montrait notamment que 42% des agents immobiliers avaient refusé des personnes considérées comme « étrangères » à la demande des propriétaires et que 61% d’entre eux avaient, pour les mêmes raisons, refusé des chômeurs.

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.